Accueil > Version française > Sécurité routière > Fiches thématiques > L’alcool

Le mécanisme de l’alcoolémie



Contrairement à la nourriture, qui est transformée par la digestion, l’alcool passe rapidement dans le sang sans transformation. Il n’est donc pas assimilé et transformé par l’organisme comme les autres aliments.

L’absorption

Une fois l’alcool consommé, une petite quantité seulement va directement de l’estomac au sang et environ 90 % est assimilé par l’intestin grêle. De l’intestin, il passe dans le sang.

Plusieurs facteurs peuvent influencer son assimilation par l’organisme : la quantité consommée, la rapidité avec laquelle il est bu, le fait d’avoir mangé ou non au préalable et certaines particularités biologiques. De plus, l’état psychologique de l’individu peut favoriser l’augmentation de ses effets. Une personne stressée, fatiguée ou dépressive risque de se sentir plus affectée à la suite de la consommation de quelques verres.

La diffusion

Dès que l’alcool parvient au système sanguin, il est propagé dans tous les tissus du corps. Rendu au cerveau, il agit sur le système nerveux central, qui est notre centre de décision et de coordination musculaire. Cela explique les effets rapides de l’alcool sur le comportement.

Des facteurs individuels influencent sa diffusion : sa concentration dans le sang, le niveau du flux sanguin, la vascularisation des organes, le poids de l’individu et la proportion en graisse de ce poids.

Par exemple, pour deux personnes présentant un poids différent (sans excès de gras), à quantité égale d’alcool consommé, celle qui est plus lourde aura en général une alcoolémie inférieure. Son volume sanguin étant plus important, l’alcool sera donc plus dilué et elle aura par conséquent un taux d’alcool plus faible.

Par ailleurs, à poids égal et à consommation égale, les femmes présentent généralement une alcoolémie supérieure à celle des hommes. Les femmes ayant, par nature, un volume sanguin plus petit et une plus grande proportion de tissus adipeux, elles ont, pour une même quantité consommée, une concentration plus élevée d’alcool dans le sang.

L’élimination

L’alcool est éliminé par un processus appelé oxydation, qui le décompose en oxyde de carbone et en eau. Le foie oxyde à lui seul plus de 90 % de l’alcool consommé. Les reins, les poumons et la transpiration font le reste. Il est évident qu’un foie en mauvais état ralentira ce processus de transformation.